Qu’est-ce qu’une hermine ?

N’en déplaisent aux nombreux défenseurs de la nature, l’hermine utilisée en héraldique à une origine douloureuse.

– En premier lieu il faut distinguer l’hermine et la moucheture d’hermine. L’hermine, c’est l’animal (mammifère carnassier proche de la belette) et la moucheture d’hermine sa queue fixée sur son pelage. Il faut noter que le terme d’hermine est souvent utilisé par les néophytes dans le cas de la moucheture d’hermine.

– En second lieu il faut noter qu’en héraldique l’hermine était très recherchée. Le pelage d’hiver de cet animal devient blanc et seul le bout de sa queue reste noir. Il était donc de coutume de coudre les peaux côte à côte et de placer au milieu de chacune la queue fixée par des barrettes ou trois épingles disposées en croix. Les peaux mises sur les boucliers amortissaient les chocs. Aujourd’hui heureusement les mouchetures d’hermine sont dessinées.

– Enfin le nom de l’hermine vient du nom Arménie, pays duquel provenaient la plupart des fourrures.

L’hermine plain est l’emblème de ducs et a pour origine la maison de Dreux. En 1213 le Maison de Dreux accède au trône de Bretagne. Pierre Mauclerc, fils de Robert II de Dreux reprend les armoiries de son père et y broche une brisure, signifiant son rang de cadet. Les mouchetures d’hermines sont en effet la fourrure des ecclésiastiques : Mauclerc = Mauvais Clerc.

Bannière du duc Pierre de Mauclerc, et de ses successeurs jusqu’en 1316

En 1316, Jean III utilise uniquement l’hermine-plain étant donné ses mauvaises relations avec sa famille. Les ducs et les duchesses de Bretagne auront désormais pour drapeau l’hermine-plain.

En 1532, les États de Bretagne contraints d’accepter l’annexion de la Bretagne à la France utiliseront l’hermine-plain, préféré à la Croix-noire, emblème national s’il en est.

A partir de 1870, l’hermine plain redevient le symbole sentimental de la Nation bretonne. De 1843 à 1859, des associations bretonnes recommencent à l’utiliser ; l’Union Régionaliste Bretonne jusqu’en 1907 et le Parti Nationaliste Breton en 1918.

Aujourd’hui, il arrive de voir flotter quelques Hermine plain sur le fronton de certaines mairies. Il représente contrairement au Gwenn ha du la “bonne province française”.